Le Motorola Defy offert chez Multicom Communications fonctionne sous la plate-forme Android de Google

Le Motorola Defy offert chez Multicom Communications fonctionne sous la plate-forme Android de Google

Google a annoncé hier l’achat de Motorola Mobility, fabricant des appareils sans-fils Motorola. Cette nouvelle peut paraître surprenante, mais elle s’explique par différentes causes majeures.

D’un côté, le géant du sans-fil Motorola était en perte de vitesse dans les dernières années. Mondialement, au niveau des ventes d’appareil, l’entreprise se classait en 8e position malgré un virage axé vers les téléphones intelligents amorcé en 2009. Autrefois leader mondial en matière de technologie, Motorola reculait petit à petit et se faisait dépasser par bien d’autres joueurs dans le marché de la téléphonie.

Du côté de Google, les problèmes étaient tout autres. Google a développé Android, une plate-forme libre de droits qui constitue dorénavant le système d’exploitation le plus utilisé sur les appareils mobiles. Or, Apple, Microsoft et Oracle disposent de milliers de brevets et réussissent à mettre des bâtons dans les roues à Google en s’engageant dans de longues luttes légales ou en soutirant des redevances sur l’utilisation de technologies brevetées.

En achetant Motorola, Google obtient donc plus de 17000 brevets et plus de 7500 technologies qui seront éventuellement brevetées. Google pourra donc se développer plus facilement, en utilisant les brevets de Motorola mais aussi en retirant des redevances tirées de ces brevets utilisés par les autres fabricants.

Pour les consommateurs, qu’est-ce que cet achat signifie?

Dans un premier temps, il est difficile de croire que Google rendra sa plate-forme Android exclusive aux appareils Motorola. En effet, Google ne pourrait se permettre de limiter sa plate-forme à quelques appareils alors qu’elle a actuellement le vent dans les voiles en offrant plusieurs appareils provenant de plus de 40 manufacturiers.

Cependant, il y a fort à parier que Google utilisera les appareils Motorola pour offrir encore plus de fonctions exclusives sur ces appareils, voire même des versions qui seront lancées en premier sur ces appareils, et améliorera l’intégration des différents applications offertes actuellement par Google.

On peut s’attendre aussi au développement de nouveaux appareils mobiles issus des brevets développés par Motorola.

Mais dans le domaine des technologies, il est bien difficile de prédire l’avenir et elle s’écrira dans les prochains mois. Gageons que Motorola et Google sortiront gagnant de cet achat… et les consommateurs également !