Texting and talking while driving

Les résidents du Québec n’ont plus le droit d’utiliser leurs appareils mobiles pendant la conduite depuis avril 2008. Si vous étiez pris sur le fait, l’amende pour envoyer des SMS, courriels, parler ou tout simplement regarder votre appareil s’élevait de 115 $ à 154 $, avec trois points d’inaptitude.

Robert Poëti, le ministre des Transports du Québec, prévoyait des peines plus sévères depuis septembre dernier. Annoncées fin avril, de nouvelles règles contre la distraction au volant apporteront des peines plus sévères aux individus pris sur le fait avec leur téléphone pendant la conduite. Au lieu de recevoir trois points d’inaptitude, ceux qui sont pris en utilisant un appareil mobile pendant la conduite perdront désormais quatre points d’inaptitude. Cette démarche concerne également les nouveaux conducteurs avec un permis probatoire qui perdront leur permis pour trois mois s’ils ont une amende.

Le ministre Poëti a déclaré que les incidents de la distraction au volant liés à l’utilisation des appareils mobiles ont augmenté de façon constante depuis que la loi originale est entrée en vigueur. Dans sa première année d’application, les services policiers ont signalé 11 000 infractions alors que l’année dernière plus de 66 000 billets ont été remis.

Les amendes associées à la distraction au volant augmenteront également lorsque la province réexaminera le Code de la route du Québec plus tard cette année.